Auteur: Oliver Nuspliger, Responsable Clientèle entreprises, Zone d’activité Centre auprès de la BCBE

La notion de durabilité connaît aujourd’hui une utilisation presque inflationniste, notamment en matière de protection de la nature. Pour les entreprises orientées sur la durabilité, ce terme ne se limite cependant pas aux seuls facteurs écologiques; il regroupe également la responsabilité économique et sociale qui en découle.

La durabilité est aujourd’hui dans toutes les bouches. Elle est toutefois principalement réduite à l’aspect écologique. Ce terme offre cependant de multiples facettes et demande une approche intégrative. En effet, outre la composante environnementale, le modèle à trois piliers de la durabilité offre aux composantes économique et sociale une importance toute aussi grande, et considère qu’un développement durable n’est possible qu’avec la mise en œuvre simultanée et égalitaire d’objectifs écologiques, économiques et sociaux.

La durabilité est en outre marquée par une approche à long terme. Dès 1987, la Commission mondiale sur l'environnement et le développement stipulait dans le rapport Brundtland qu’un développement durable se doit de répondre aux besoins du présent sans compromettre la possibilité, pour les générations à venir, de pouvoir répondre à leurs propres besoins. Ce point de vue intergénérationnel, basé sur une équité sociale et une viabilité écologique, est aujourd’hui toujours d’actualité.

Les entreprises qui suivent une approche durable considèrent les trois aspects (écologique, social et économique) dans leur ensemble, et non pas de manière isolée. Outre leur politique commerciale basée sur le long terme et une création de valeur durable, elles se distinguent par des rapports responsables avec les collaborateurs, une gestion consciencieuse de l’environnement et un engagement social. Le but premier n’est pas ici de placer les bénéfices réalisés dans des projets écologiques ou sociaux, mais davantage de réaliser des bénéfices de manière respectueuse de l’environnement et socialement acceptable.

Les trois piliers de la durabilité peuvent être considérés par les entreprises comme une véritable opportunité. Selon une étude allemande, les entreprises qui agissent de manière durable jouissent d’une meilleure image, de coûts énergétiques plus bas et souvent de marges plus élevées. En outre, les jeunes préfèrent travailler pour une entreprise durable et nombreux sont les clients qui privilégient les produits et services durables.

Convaincue qu’un comportement écologique, un engagement social et le succès économique sont étroitement liés, la BCBE a fait depuis longtemps de la durabilité une valeur centrale et un principe fondamental. C’est pourquoi elle équilibre ces trois dimensions au cœur de son action de manière saine, ce qui permet de créer confiance et valeur ajoutée. Atteindre l’objectif d’un développement durable et faire la promotion des PME dans leur domaine d’activité fait partie de la politique d’entreprise. Pour établir une relation d’affaires, la banque exige que les principes éthiques et environnementaux soient respectés. Ainsi, la BCBE bénéficie de relations commerciales stables et à long terme. Dans ce cadre, la BCBE accompagne le développement de l’économie et de l’habitat régional et encourage ses clients, partenaires commerciaux et collaborateurs à adopter une attitude durable.