Auteur: Daniel Rotzer, économiste responsable, Banque cantonale du Valais

L’augmentation de la production économique au cours du deuxième et troisième trimestre 2020

Après une très forte chute fin mars et début avril, le produit intérieur brut (PIB) européen a connu une très forte reprise jusqu'à fin octobre. Avec la levée des diverses mesures de lutte contre la pandémie de Covid-19 en avril, l'économie a connu une reprise en forme de V. À partir de début mai, une reprise plus modérée a eu lieu jusqu'à la fin octobre. Si l'on compare le niveau du PIB européen entre juillet et septembre à celui de l'année précédente, il reste inférieur de 4,4%. L'économie la plus importante du monde, celle des États-Unis, a également été durement touchée par la crise du Coronavirus, mais la production économique s'est effondrée moins gravement. Par rapport à la même période de l'année précédente, en 2019, la production économique aux États-Unis au troisième trimestre n'a baissé que de 2,9%. La Chine, deuxième économie mondiale, connaît une évolution positive depuis quelques mois.

La deuxième vaque du Covid-19 freine la reprise en Europe

La deuxième vague de contagion du Covid-19 et le nouveau renforcement des mesures de confinement instauré en Europe et aux États-Unis en novembre indiqueront que la reprise économique, qui a commencé en mai, perdra de son élan vers la fin de l’année. Nous prévoyons que l'Europe connaîtra une nouvelle baisse de son PIB au quatrième trimestre. Cette évaluation est confirmée par divers indicateurs économiques avancés. Alors que le secteur industriel en Europe est toujours considéré avec optimisme, les perspectives pour le secteur des services sont médiocres, en particulier dans des pays comme l'Espagne, la France et l'Italie. Les industries du tourisme et de l'événementiel seront à nouveau particulièrement touchées. Aux États-Unis, les perspectives pour le quatrième trimestre restent positives. Grâce aux programmes de soutien très importants du gouvernement américain, la consommation devrait continuer à être soutenue. Les indicateurs économiques avancés étayent cette affirmation par des chiffres positifs. Contrairement au printemps, où les indicateurs avancés dans le monde entier ont chuté, ils sont restés à des niveaux respectables malgré la baisse récente. La Chine connaît une nouvelle croissance depuis deux trimestres maintenant et les perspectives restent positives.

Signes positifs pour 2021

Bien que la croissance économique perde son élan au quatrième trimestre, la reprise se poursuivra en 2021. Premièrement, les gouvernements maintiendront leur politique fiscale expansive en 2021, mais d’une manière moins forte qu’en 2020. Deuxièmement, les Banques centrales continueront à maintenir les coûts de refinancement à des niveaux historiquement bas l'année prochaine. Finalement, ces dernières semaines, la probabilité que les gens soient protégés par un vaccin Covid-19 en 2021 a considérablement augmenté. Bien que les conséquences à long terme d'un vaccin Covid-19 ne puissent être estimées aujourd'hui, des taux d'efficacité élevés pour les vaccins de BioNTech/Pfizer et de Modern/Lonza peuvent être considérés comme prometteurs. Sur la base de ces perspectives, nous supposons que le niveau du PIB aux États-Unis et en Europe reviendra au niveau d'avant la crise vers la fin 2021/début 2022.