Auteure: Lysiane Tissières, Responsable Communication BCVs

Vous avez l’idée, la motivation et l’énergie nécessaires pour vous lancer, un business plan détaillé qui démontre la viabilité et le potentiel de développement de votre entreprise. Il est maintenant grand temps de vous atteler à la recherche de fonds. Étape incontournable et essentielle pour démarrer l’aventure et concrétiser votre projet, elle ressemble souvent à un parcours du combattant. Il est primordial d’identifier parmi les nombreuses
solutions à disposition sur le marché celle qui correspond le mieux à votre situation et à votre besoin afin de ne pas perdre de temps et de maximiser vos chances de succès. Sans les fonds nécessaires, il sera, en effet, difficile d’avancer à une allure convenable, de disposer des ressources humaines ou matériels pour donner vie à votre idée.

Vers qui se tourner?

Autofinancement, crowdfunding, aides publiques, business angels, banques, vers qui se tourner? La grande majorité commence par investir leurs propres deniers dans la création de leur entreprise avant de se tourner vers leur famille et leurs amis pour voir dans quelles mesures il leur est possible de les aider. Ensuite, les solutions diffèrent en fonction du montant souhaité et du domaine d’activité du projet. Le financement participatif, plus communément appelé crowdfunding constitue une solution en vogue. Plus d’une quarantaine de plateformes existe en Suisse, certaines généralistes, d’autres uniquement dédiées aux start-ups. Pour ces dernières, on parle plus généralement de crowdinvesting. Elles permettent de mettre en relation start-up et des investisseurs privés ou institutionnels. En contrepartie, ces derniers reçoivent une participation aux résultats de l’entreprise.

D’autres pistes de réflexion

De nombreux organismes étatiques ou cantonaux proposent également des aides à travers des subventions ou un soutien financier indirect comme du coaching ou encore la mise à disposition de locaux à l’image de ce que proposent la Fondation The Ark en Valais ou Innosuisse, l’agence suisse pour l’encouragement de l’innovation. Se tourner vers le réseau des «business angels» représente également une piste à étudier. En plus d’apport en nature ou en numéraire, ces personnes dispensent également de précieux conseils, mettent à profit leur réseau ou encore peuvent s’impliquer dans la gestion même de la jeune société.

Le rôle des banques

Et les banques dans tout cela? Leur contribution dépasse bien souvent le simple cadre de la conclusion d’un crédit. Les banques cantonales, par exemple, constituent des partenaires privilégiés pour les entreprises qu’elles soient naissantes ou actives depuis de nombreuses années et ce, notamment grâce à leur proximité et leur ancrage local qui leur confèrent une connaissance pointue du tissu économique régional et leur permettent une prise de décision accélérée. Définir leur rôle joué auprès des entreprises à travers leur seule capacité à octroyer des crédits revient à occulter les innombrables facettes de leur partenariat avec les acteurs économiques de leur canton. Être la banque des entreprises ne signifie pas uniquement financer mais aussi conseiller, informer, susciter, échanger; en un mot, accompagner. Un atout supplémentaire dans la quête de succès d’un jeune entrepreneur!